CHARLES-ANTOINE COYPEL (PARIS 1694-1752)
CHARLES-ANTOINE COYPEL (PARIS 1694-1752)
CHARLES-ANTOINE COYPEL (PARIS 1694-1752)
2 更多
PROVENANT DES COLLECTIONS ROTHSCHILD
CHARLES-ANTOINE COYPEL (PARIS 1694-1752)

Renaud abandonnant Armide

细节
CHARLES-ANTOINE COYPEL (PARIS 1694-1752)
Renaud abandonnant Armide
signé 'C AN . COYPEL' (en bas, à gauche)
huile sur toile
100 x 80,3 cm. (39 1⁄3 x 31 2⁄3 in.)
来源
Peut-être vente après-décès de l'artiste, Paris, 27 mars 1753, lot 119 (comme 'Renaud quittant le Palais d'Armide ; Tableau qui a été gravé par le fieur Joullain ; & une Efquiffe d'un Tableau que le même auteur méditoit, & dont le fujet devoit être une des fcenes de l'Opéra d'Alcefte' (selon T. Lefrançois, 1994, op. cit. infra).
Dans la famille Rothschild, Paris, France, depuis la fin du XIXe siècle ou les premières années du XXe siècle ; puis par descendance au baron Élie de Rothschild (1917-2007), hôtel de Masseran, Paris, France ; puis par descendance à l'actuel propriétaire.
出版
Anonyme, Mercure de France dédié au Roy, septembre 1725, II, p. 2268.
A. Siret, Dictionnaire historique des peintres de toutes les écoles depuis l'origine de la peinture jusqu'à nos jours, Paris, 1876 (réédition de 1833 et 1866), p. 225.
Peut-être H. Mireur, Dictionnaire des ventes d'art faites en France et à l'Étranger pendant les XVIIIe et XIXe siècles, Paris, 1902, II, p. 305.
G. Wildenstein, Le Salon de 1725. Compte rendu par le Mercure de France de l'Exposition faite au Salon Carré du Louvre par l'Académie royale de peinture et de sculpture en 1725 publié avec des notes et documents nouveaux sur les expositions de l'Académie pendant le XVIIIe siècle, Paris, 1924, p. 48.
I. Jamieson, Charles-Antoine Coypel. Premier Peintre de Louis XV et Auteur Dramatique (1694-1752). Sa vie et son oeuvre artistique et littéraire d'après des documents inédits, suivies d'une de ses comédies inédites, Paris, 1930, pp. 7-8.
D. Cooper, Les Grandes Collections Privées, Paris, 1963, reproduit en couleurs in situ sur la jaquette.
P. Du Colombier, 'Le sanctuaire de Watteau', Les Nouvelles littéraires, 14 mars 1968, p. 8, reproduit en noir et blanc p. 8.
A. Chastel, 'La génération de Watteau', Le Monde, 14 mars 1968, [en ligne], consulté le 21 septembre 2023 : https://www.lemonde.fr/archives/article/1968⁄03/14/la-generation-de-watteau_2506469_1819218.html.
F. E., 'Watteau et sa génération', Carrefour des idées, des arts, des lettres, des sciences, 20 mars 1968, 1227, p. 16.
A. Schnapper, 'Musées de Lille et de Brest. A propos de deux nouvelles acquisitions : "Le chef-d'oeuvre d'un muet" ou la tentative de Charles Coypel', La Revue du Louvre et des musées de France, 1968, 18e année, 4-5, p. 256.
W. von Kalnein, M. Levey, Art and Architecture of the Eighteenth Century in France, Harmondsworth-Baltimore-Ringwood, 1972, pp. 28-29 et xi, reproduit en noir et blanc pl. 24.
H. Oursel, in La peinture française aux XVIIe et XVIIIe siècles, coll. Trésors des musées du nord de la France, [cat. exp.], Dunkerque-Valenciennes-Lille, 1980, IV, p. 135.
M. Levey, L'art du XVIIIe siècle. Peinture et sculpture en France 1700-1789, Paris, 1993, (traduit de l'anglais par J.-F. Allain), p. 51, reproduit en noir et blanc p. 51, n°46.T. Lefrançois, Charles Coypel. Peintre du roi (1694-1752), Paris, 1994, p. 80 et pp. 198-200, n°P. 56, reproduit en noir et blanc p. 199.
J. E. Mercurio, Staging Alliances: Redifining Painting and Music in Early Eighteenth-Century France, dissertation in the History of Art, University of Pennsylvania, 2006, p. xii, n°6.4, reproduit.
展览
Paris, Salon Carré du Louvre, Salon, 1725, n°48.
Paris, galerie Cailleux, Watteau et sa génération, mars-avril 1968, n°108.
刻印
Gravé par François Joullain (1697-1778) d'après Charles-Antoine Coypel, L'évanouissement d'Armide au départ de Renaud, 1725.
更多详情
CHARLES-ANTOINE COYPEL, ARMIDA ABANDONED BY RINALDO, SIGNED, OIL ON CANVAS

Rinaldo Abandoning Armida is being offered at auction for the first time in over 250 years. It last appeared on the 27th March 1753, the date of the artist's posthumous sale. At the end of the Nineteenth Century, the painting was acquired by the Rothschild family, and has remained in the possession of the prestigious family of collectors ever since.

The artist, who came from an illustrious family of painters, proved his brilliance from an early age, both in terms of his artistic talent and his diplomatic and strategic skills that allowed him to rise quickly to the highest positions in the art world. He became a member of the Académie de peinture et de sculpture in 1715 (aged just 21), and Keeper of the Crown's Paintings and Drawings in 1722 (aged 28).

Proudly signed, the present painting was exhibited at the Salon of 1725. The young artist wished to use this work to demonstrate his virtuosity and his ability to equal his elders and closest rivals such as Jean François de Troy (1679-1752) and François Lemoyne (1688-1737). He wanted to lend a new and personal dynamic to the great revival of the genre of history painting. Rinaldo Abandoning Armida is thus an important work, in which the young artist, buoyed by his success, can be seen to assert himself as the great master he would become in the following decades, a success that culminated in his appointment as first painter to King Louis XV (1710-1774) in 1747. This composition was engraved by François Joullain (1697-1778) (fig. 1), and there is most likely another, smaller-format painted version, which appeared in several eighteenth-century auctions.

The scene is taken from Jerusalem Delivered by Tasso (1544-1595). Armida, a Saracen magician, desired to kill the crusader Rinaldo. To achieve her end she lulled him into a deep sleep, however, just as she was about to strike him with her dagger, Cupid transformed her hatred into love. Following this change of heart, Armida decided to transport the sleeping hero to her enchanted island. There Rinaldo remained bewitched until his friends Carlo and Ubaldo came to free him. It is this final moment that Coypel chose as the subject of his painting. Tasso's epic inspired many artists over the centuries, but it is rare to find a depiction of the end of the story.

More specifically, Coypel drew his inspiration from the libretto of the opera Armida written by Philippe Quinault (1635-1688) and set to music by Jean-Baptiste Lully (1632-1687), first performed in 1686. The opera features the passage depicted by the painter, in which Armida faints in distress at the departure of Rinaldo (Act V scene IV). Coypel used typical theatrical gestures to choreograph his composition and give great dramatic intensity. The strong triangular composition also lends the painting power and contributes to the drama of the scene. Further drawing on these operatic roots, Coypel gives his characters shimmering baroque costumes, which allowed him to show off his adept handling of colour.

Rinaldo Abandoning Armida is the quintessence of Charles-Antoine Coypel’s art and the perfect illustration of Pierre Rosenberg's words, taken from the preface to the monograph on the artist published by Thierry Lefrançois for Arthena in 1994:

There was a Boucher style. There is also a Coypel style. Coypel loved to paint the theatre [...] He persevered in believing (like Füssli half a century later) that to paint the theatre was to paint life. He thought he could update Ut pictura poesis by replacing the word 'poetry' with 'theatre'.

A note on the provenance:

Undoubtedly a key work in Coypel's career, the painting remained in the painter’s own collection until his death, when it featured in his posthumous sale. At the end of the Nineteenth Century, the work then came into the possession of the Rothschild family, one of Europe’s most notable dynasties of collectors. More specifically, Rinaldo Abandoning Armida appears in the collection of the young Élie de Rothschild (1917-2007), who not only inherited a prodigious collection from his grandfather and great-grandfather, Baron Gustave (1829-1911) and Baron James (1792-1868), founder of the French branch of the family, but who also enlarged and displayed it with the aesthetic flair so characteristic of Rothschild taste. In 1955, he acquired the mansion of Count Étienne de Beaumont (1883-1956) on rue Masseran in Paris. This was the ideal setting for the collection. Refined eighteenth-century furniture and collections of cameos and enamels were displayed alongside some of the greatest paintings in private hands. Indeed, Rinaldo Abandoning Armida hung in the Salon Vert alongside one of the masterpieces of seventeenth-century Dutch painting, Rembrandt’s Standard Bearer (fig. 2), currently on display in the Rijksmuseum.

荣誉呈献

Olivia Ghosh
Olivia Ghosh Associate Specialist

拍品专文

Renaud abandonnant Armide n’a jamais été présenté en vente aux enchères depuis plus de 250 ans, précisément depuis le 27 mars 1753, date de la vente après-décès de l’artiste. A la fin du XIXe siècle, le tableau fut acquis par la famille Rothschild et resta dans la prestigieuse famille de collectionneurs jusqu’à nos jours.

Coypel, issu d’une illustre famille de peintres, se révèle dès le plus jeune âge extrêmement brillant, tant par son talent d'artiste que par son habileté politique et stratégique pour accéder rapidement aux plus hauts postes de l’administration artistique. Ainsi, devient-il membre de l’Académie de peinture et de sculpture en 1715 (à seulement 21 ans) et Garde des tableaux et dessins de la couronne dès 1722 (à 28 ans).

Fièrement signé, notre tableau fut présenté au Salon de 1725. Le jeune artiste souhaite par son intermédiaire montrer sa virtuosité et sa capacité à rivaliser avec ses aînés et grands rivaux à l’instar de Jean François de Troy (1679-1752) ou encore de François Lemoyne (1688-1737). Il désire donner un nouveau regard, une dynamique personnelle dans le grand retour du genre de la peinture d’Histoire. Le tableau ci-présent est ainsi une œuvre importante par laquelle le jeune artiste, fort de ses succès, souhaite s’affirmer comme le maître incontournable qu’il sera dans les décennies à venir, jusqu’à devenir le premier peintre du roi Louis XV (1710-1774) en 1747. Cette composition fut gravée par François Joullain (1697-1778) (fig. 1) et il existe très vraisemblablement une autre version peinte de plus petit format figurant dans plusieurs ventes du XVIIIe siècle.

La scène Renaud abandonnant Armide est tirée de la Jérusalem délivrée du Tasse (1544-1595). Armide, magicienne sarrasine, essaie de tuer le croisé Renaud, qu’elle a endormi dans un sommeil profond. Or, au moment de le frapper avec sa dague, Cupidon transforme sa haine en amour. Armide décide ainsi de transporter le héros endormi vers son île enchantée. Renaud y demeure ensorcelé jusqu’à ce que ses amis Carlo et Ubaldo viennent le libérer, moment choisi par Coypel comme sujet de son tableau. L’épopée du Tasse a inspiré maints artistes à travers les siècles mais il est rare de trouver une représentation de la fin de l'histoire.

Plus précisément encore, Coypel s’inspire du livret d’opéra Armide écrit par Philippe Quinault (1635-1688) et mis en musique par Jean-Baptiste Lully (1632-1687) présenté pour la première fois en 1686. Le livret raconte le passage choisi par Coypel, quand Armide, envahie par la tristesse que lui inflige le départ de Renaud, s’évanouit (Acte V scène IV). Coypel joue de la gestuelle propre au théâtre pour chorégraphier sa composition et lui conférer son intensité dramatique. La puissante composition triangulaire offre un véritable charisme à l’œuvre et contribue aussi au goût théâtral. Les costumes baroques, chatoyants s’ajoutent à la palette scintillante du peintre.

Renaud abandonnant Armide est la quintessence de l’Art de Charles-Antoine Coypel (1694-1752) et la parfaite illustration des propos de Pierre Rosenberg dans la préface de la monographie publiée chez Arthena par Thierry Lefrançois en 1994 :

‘Il y eut un style Boucher. Il y a également un style Coypel. Coypel aimait peindre le théâtre […] Il crut avec persévérance (comme Füssli un demi-siècle plus tard) que peindre le théâtre serait peindre la vie. Il pensa actualiser l’Ut pictura poesis en remplaçant le mot poésie par Théâtre’.

Note sur la provenance de l’œuvre :

Sans conteste une œuvre clé dans la carrière de Coypel, le tableau est resté dans la collection du peintre, et nous le retrouvons dans la vente après-décès du maître. Dès la fin du XIXe siècle l’œuvre se trouve au sein de la prestigieuse collection de la famille Rothschild. Plus particulièrement, il est hérité par le jeune Élie de Rothschild (1917-2007) qui va, non seulement hériter d’une prodigieuse collection provenant de ses grands-parents et arrières grands-parents, le baron Gustave (1829-1911) et le baron James (1792-1868), fondateur de la branche française de la famille, mais également l’agrandir et la présenter avec le sens de l’esthétique si caractéristique du ‘Goût Rothschild’. En 1955, il fait l’acquisition de l’hôtel particulier du comte Étienne de Beaumont (1883-1956), rue Masseran à Paris. La collection y trouvera son écrin idéal. Ainsi, meubles raffinés du XVIIIe et collections de camés et d’émaux côtoieront avec panache notre Renaud abandonnant Armide qui jouxtera dans le Salon Vert l’un des chefs d’œuvres de la peinture hollandaise du XVIIe siècle : Le porte-étendard de Rembrandt (1606-1669) (fig. 2), actuellement exposé au Rijksmuseum.

更多来自 古典及十九世纪大师:素描、雕塑及绘画

查看全部
查看全部